Katanas-Samurai
L'histoire du sabre japonais: les shinshinto
samourais, guerre de boshin, revolution japonaise
Samouraïs fin de période Edo.
La période qui suivit l'ère Shinto vit de grandes oppositions sur les problèmes de l'ouverture du Japon à Satsuma et Hizen. Cette opposition obligea le shogunat à rendre le pouvoir à l'Empereur. Les sabres produits alors tentèrent de reprendre les modes de lames bien plus anciennes. Après une longue absence, le tachi est ainsi réintrodu
wakizachi, katana, sabre japonais, shirasaya
Wakizashi shinshinto monté en shirasaya
Ces Shinshinto (新新刀), sabre nouveau nouveau, forgés d'environ 1800 à 1867. La modernisation du pays engendre une baisse du système féodal et du prestige des samuraï pendant cette ère. Une caractéristique de cette ère est que les forgerons ne se cantonnent plus à une seule tradition, mais tentent de les mêler. Les 5 traditions reviennent sur le devant de la scène, mais en se mêlant les unes aux autres, ce qui donna une très grande créativité et diversité de lame.
Tachi, Katana, sabre japonais, shinshinto
Ito maki no tachi de 1840
Les lames de styles ancien, refond surface. Ainsi la production de tanto qui avait diminuée reprend, les tachi aussi reviennent, uniquement pour l’apparat ou la décoration. Edo va devenir le centre de production des sabres pendant cette ère. Étant une période de paix, de nombreuses lames ne sont plus produites qu'à des fins esthétiques ou décoratives, et de moins en moins de sabres furent forgés pour le combat. Suishinshi Masahide serait à l'origine du mouvement shinshinto. Cette ère s'est terminé par la guerre de boshin, livrée en 1868 et 1869, guerre civile entre les forces du shogunat Tokugawa et les troupes restées fidèles à l'empereu
Denshutai, cavalerie japonaise, France-Japon
Denshutai: cavalerie d'élite de style français du shogunat Tokugawa
Beaucoup de forgerons ont adoptés les aciers Européens (Allemandes et Portugaises notamment) appelé nanbantetsu ou hyotantetsu ou konohatetsu, suite aux échanges avec les pays occidentaux. Il y a donc une importante disparité entre les qualités des aciers de cette ère. Nombre de puristes n'aiment pas les shinshinto pour cette raison.
Pour diverses raisons, il reste aussi beaucoup de shinshinto comparativement avec les autres périodes. On estime qu'environ 3 nihonto sur 4 sont shinto ou shinshinto aujourd'hui.