Katanas-Samurai
L'armure du samourai: Composition et accessoires de l'armure du Bushi
La protection de la tête
Elle est assurée principalement par le casque (Kabuto). Celui-ci est muni d'un protège-nuque (Shikoro) large, totalement articulé et qui protège le cou sur 3 côtés. La visière (Maebashi) en métal durci protège les yeux, ainsi que les deux ailettes latérales (Fukigaeshi). Sur celles-ci sont gravés les Mon (Armoiries) du Bushi. Sur le dessus du casque un trou (Tehen) permet de faire passer soit la chevelure, soit le Eboshi (Coiffe traditionnelle). Enfin, le casque s'orne de grandes cornes en métal (Kuwagata) réservés aux Bushi de haut rang.
Kabuto, casque samourai, casque bushi, clan takeda
Casque Kabuto de la période Edo portant le mon du clan Takeda
L'avant du visage est protégé par un masque (Hoate, souvent laqué, en acier ou en bois, destiné à effrayer l'ennemi par des moustaches, des dents menaçantes ou des visages de démons et de Kami.
Le Menpo/Mengu (Masque) qui se fixe sur le Kabuto est l'une des parties les plus expressives de l'armure du Samouraï.
Cette "Armure pour le visage" est connu sous plusieurs noms: "Mengu" "Menpo" "Mempo" "Men yoroi" "Men katchu". Menpo signifie "Le visage et la joue" et désigne généralement les masques avec un nez.

Menpo,Nodawa,masque samourai, masque bushi
Masque avec gorgerin de la période Edo
Le protège cou (Nodowa) protège de la décapitation en complément du protège nuque. La haut-col (Nodawa) se composait d'une lame en forme de U, à laquelle 2 ou 3 rangées de plaques sont lacées. Les différents types de protèges gorges portaient des noms en fonction de leur construction. Le Nodawa était attaché par des cordes à l'arrière du cou. En fait, il n'y a pas différents types de protèges gorges, parce que l'on considère que ce ne sont que des variantes du Nodawa.A partir du début du 15ème siècle, les armures Yoroi sont devenues de plus en plus populaires, et le Nodawa est devenu une partie intégrante de l'armure.
La protection du corps
Cuirasse Do, plastron samourai, cuirasse samourai
Elle est constituée de deux parties. La cuirasse d'abord (Do) est l'élément le plus solide de l'armure, car destiné à recevoir le plus grand nombre de coups de sabres. Formée de deux plaques de fer distinctes pour l'avant et l'arrière du torse, l'ensemble s'appelle O Yoroi. Assez lourde car très solide, elle convient parfaitement aux cavaliers munis d'arcs. Mais quand les Bushi combattent de plus en plus à pied, la cuirasse de style Domaru bien plus légère s'impose. Constituée de plusieurs lamelles d'acier, elle se ferme sur le côté droit. A partir de 1400, une cotte de maille vient protéger le corps, les épaules, et surtout les bras.

Plastron Do de la période Edo
La deuxième partie est une jupe d'armes de 7 plaques de fer (Kusazuri) protégeant le ventre et les hanches. Très mobile, elle permet au Bushi de se déplacer très facilement, même sur des plans inclinés. Deux plaques protègent l'avant du guerrier et deux autres plaques ses hanches. Trois autres plaques, enfin, à l'arrière assurent une protection complète du guerrier.

Kusazuri, Jupe samourai, protection jambes samourai
Kusazuri et Suneate de la période Edo
La protection des membres
Très peu protégés au début, pour assurer une agilité maximale, les bras et les jambes des Bushi vont être peu à peu recouverts, comme le reste du corps. Les bras sont tous d'abord couverts d'un brassard (Kote) muni de plaques de fers cousues. L'ensemble se prolonge jusqu'au doigts, le dos de la main étant protégé, elle-même, par une plaque de métal. Puis de grandes plaques (Sode) viennent protéger les épaules du Bushi. Lourdes et parfois encombrantes, elles sont remplacées vers 1350 par des protections épousant la forme des épaules et bien plus légères.
Kote, Gants samourai, armure samourai, protection bras samourai Sode, épaulettes samourai, armure samourai, protection épaules samourais
Kote période Edo
Sode période Edo
Les jambes sont également couvertes, mais avec deux accessoires différents. Le haut des cuisses, déjà en partie protégé par le Kusazuri, est renforcés par deux plaques avant (Haidate). L'ensemble forme ainsi une double épaisseur. Les tibias, eux, sont recouverts par les plaques d'aciers moulées (Suneate) lacées à l'arrière. Quant aux pieds, ils sont parfois protégés par des chaussons en fourrure, pour les cavaliers, mais le plus souvent chaussés